LE MOT DU PRÉSIDENT

Thierry Pourquier

 

 

 

 

À toutes et tous, Belle année 2021 !

 

L’Histoire gardera de l’année 2020 l’empreinte de la survenue d’une pandémie planétaire majeure, dont nous ne connaissons pas encore le terme, malgré l’espoir né de l’arrivée des premiers vaccins. Cette pandémie, trop prise à la légère à ses débuts, a pourtant rapidement chamboulé notre quotidien et nombre de nos certitudes dans tous les domaines : cercle familial, relations sociales, activités professionnelles et de loisirs. Certains d’entre nous ont été frappés par la maladie, ou pire, ont perdu des êtres chers.

En réponse, l’État a apporté des solutions fortes, qui ont permis aux personnels soignants et à l’hôpital de tenir le choc et de contenir une crise économique et sociale majeure. La DGFIP, dans ces circonstances exceptionnelles, a joué et continue de jouer un rôle de premier plan, essentiel dans l’accompagnement et la mise en œuvre des dispositifs de soutien à l’économie et de relance. Nous avons dû, avec nos équipes, adapter nos organisations et nos méthodes de travail pour faire face à la situation. Le travail à distance a connu un essor que nul n’avait prévu. Les directrices et directeurs et tout l’encadrement supérieur de la maison ont été au rendez-vous des exigences des pouvoirs publics. Soyons en fiers.

Dans ce contexte de priorité, légitime, donnée aux missions essentielles et de contrition forte du présentiel, l’ADAFIP a dû limiter une partie de ce qui donne vie à une association : réunions de bureau et du conseil d’administration, tenue de notre assemblée générale annuelle. Je le regrette, mais chacun comprendra que cette situation est subie, même si d’autres modes d’interactions émergent, qui n’ont pas la spontanéité et la densité des échanges en présentiel.

Pour autant, l’ADAFIP n’est pas restée inerte, loin de là. Malgré la crise, plusieurs chantiers majeurs façonnent notre quotidien. Pour le corps des AFIP, le plus important est celui de la mise en place des nouvelles modalités de nomination dans les emplois de direction. Ce dispositif, issu de la loi du 6 août 2019, est insuffisamment expliqué aux collègues, malgré de nombreuses demandes de clarification. La déclinaison de ce dispositif depuis 6 mois mérite un bilan d’étape, qui se fait attendre. Il faut entre autre limiter l’effet tunnel qui dure de 3 à 4 mois, pendant lequel le candidat ne sait pas si sa candidature a été retenue.

Sur ces différents sujets, j’ai régulièrement interpellé le Directeur Général. Nous avons provoqué plusieurs rencontres au plus haut niveau, dont la dernière, début mars, associait les représentants syndicaux des AFIP et l’ADAFIP qui ont parlé d’une seule voix devant le DG et le DGA.

Autres chantiers de notre quotidien, le recrutement de tous les cadres au choix, le reclassement des postes comptables, la GPEEC, le Contrat d’objectifs et de moyens, etc. que nous déclinons au niveau local tout comme le nouveau réseau de proximité dont la vague la plus importante commence début 2021.

L’ADAFIP continuera à s’exprimer, et le fera plus fortement, tant certaines de ces évolutions, peu accompagnées, ni concertées, marquent une rupture avec le passé récent.

L’année 2021 voit poindre d’autres sujets tout aussi structurants pour le corps des AFIP, comme la mise en place d’un statut d’emploi de directeur ou le devenir de la RPP, sur lesquels nous aurons à donner notre avis. Au-delà, 2021 sera également une année de renouvellement de nos instances, temps fort d’une association. J’aurai l’occasion d’y revenir,

Sur tous ces thèmes, je vous renvoie aussi à notre site, rénové, plus accessible, ergonomique avec l’ambition, malgré ces vents contraires, d’être réactif à l’actualité. Et j’en remercie chaleureusement les rédacteurs et contributeurs, comme je remercie sincèrement nos aînés, dont l’apport à la vie de l’association est toujours aussi précieux.

Au nom du bureau, et en mon nom personnel, je vous adresse mes meilleurs vœux de santé, de sérénité et de réussite en formant le souhait que 2021 soit l’année d’un nouveau départ pour notre pays et d’une dynamique retrouvée pour l’ADAFIP, une fois la page de cette parenthèse extraordinaire tournée.

Thierry POURQUIER

Président de l’ADAFIP

Votre avis nous intéresse

Code de sécurité
Rafraîchir